Un article dans la Nouvelle République du 13 avril 2013

La Nouvelle République publie un article dans son édition du 12 avril 2013:


L’Association pour le contournement de La Châtre et ses sympathisants ont bloqué, jeudi, la circulation au pont du Lion-d’Argent.

nr 13 04 13
Une centaine de manifestants se sont rassemblés plus d'une demi-heure, sous la pluie.

Pour dénoncer l'insécurité et les nuisances causées par le passage des poids lourds à travers la ville, une action symbolique a été programmée, jeudi, sur le pont du Lion-d'Argent. Une étroite passerelle qui souffre du trafic incessant des camions et dont la solidité est menacée. 
Des tracts tapageurs annonçant son effondrement avaient été largement diffusés pour mobiliser les habitants.

« C'est notre première action de ce genre. Jusqu'ici, on avait surtout communiqué par voie de presse », précise Jean Gauriat, président de l'association. Une politique qui n'a pas donné les résultats escomptés, puisqu'il y a plus de dix ans que le projet de contournement est défendu en vain : « Les tracés sont bouclés, les élus locaux et les habitants l'ont approuvé et les terrains concernés sont devenus inconstructibles », explique un adhérent. Mais les financements ne sont toujours pas décidés.
Un à un, des riverains – qui dorment fenêtre fermée, été comme hiver, à cause du bruit et des vibrations, ou qui s'inquiètent qu'un camion ne finisse par verser au rond-point de la Préfecture – sont venus gonfler les rangs des militants. 
Pancarte au poing, les manifestants ont d'abord provoqué plusieurs ralentissements, en arrêtant une voie puis l'autre pour distribuer des tracts aux conducteurs. Après cette petite opération de sensibilisation, tout le monde s'est rassemblé sur le pont derrière une banderole, immobilisant totalement le trafic. Les maires de Montgivray, du Magny et de Montlevicq, ainsi que le conseiller général, Serge Descout, ont participé à cette réunion inédite. Plusieurs véhicules de la gendarmerie étaient présents pour surveiller de près cette manifestation « tolérée » qui s'est déroulée sans incident. L'attroupement s'est dispersé moins d'une demi-heure après, sous une pluie battante.

Pour lire l'article en ligne, allez ici

Share