Un article dans l'Echo du Berry du 30 06 2016

L’Echo du Berry    n° 3237   édition du 30 juin au mercredi 6 juillet 2016

Le Castrais Serge Descout se livre à L’Echo du Berry dans une interview sans tabou, six mois après son accession à la présidence du Conseil Départemental de l’Indre. Comment le département compte-t-il soutenir l’activité dans l’Indre ? Comment va-t-il faire face à l’augmentation des dépenses sociales ou encore lutter contre la désertification médicale  

> à lire en pages 8 et 9

Extrait de l’interview de Serge DESCOUT – Président du Conseil Départemental

Q EB : Concrètement, qu’est-ce qui va être différent sur le plan des investissements par rapport aux années précédentes ?

R SD : « ….. Mais le dossier important est celui des routes. Aux dépenses d’entretien habituelles, nous ajouterons 60 M€ d’investissements jamais envisagés dans les trois quatre années à venir. Il s’agit d’abord des aménagements de sécurité de La Châtre et Villedieu. En ce qui concerne La Châtre, le projet serait de construire un barreau reliant la route de Châteauroux à la route d’Argenton. Cette solution supprimerait les trois quarts des camions.

Il y a quelques mois, le Département a débloqué le dossier des créneaux de dépassement de la N151 qui va d’Issoudun à Charost. Il manquait 800 000€. Le préfet de région m’a saisi et j’ai décidé de payer bien que les routes nationales ne soient pas de ma compétence. J’ai dit au préfet et au président de la Région Centre-Val de Loire, François Bonneau : « Vous me demandez un effort, je le fais. Seulement à charge de revanche, j’au deux problèmes à régler : celui de Villedieu et celui de La Châtre. Je souhaite que l’Etat et la Région me donnent un coup de main pour résoudre ces aménagements qui sont très importants. » Nous sommes en pleine discussion. Les choses avancent, les entretiens sont extrêmement courtois. Je pars du principe que nous allons y arriver et l’ai fait inscrire 300 000€ pour démarrer les études dans les jours qui viennent. Pour les patrons de travaux publics que j’ai rencontrés, cette perspective de 60 M€ de commandes change tout, redonne confiance et participe à la relance de l’emploi. On considère en effet qu’un million d’euros de travaux représente entre huit et dix emplois. »

Q EB : Quelle serait la participation du Département aux aménagements de sécurité de La Châtre et Villedieu ?

R SD : « Si nous effectuons 60 millions de travaux supplémentaires sur les routes, nous devrons sans aucun doute emprunter. Simplement, je veux que l’enveloppe des emprunts reste à dimension humaine et acceptable par tous. Nous n’emprunterons pas pour faire des projets qui ensuite coûtent cher en fonctionnement. »

………..

Share